48H au Costa Rica: de la pure folie! ✌

partir-costa-rica-quoi-faire

Ok, je rentre tout juste de 10 jours au Costa Rica, et c’était tout simplement énorme. En bon digital nomad qui travaille pour de vrai, j’ai pris seulement 48 heures off afin de profiter du lieu. Le reste du temps, c’était le travail. Ouais, c’est ca la vie de digital nomad les gens. Ce n’est pas la plage H24. Mais il y a eu un peu de plage et de nature. Et c’est de cette session là de 48 heures dont je veux vous parler.
Note: Je voulais absolument écrire cet article en étant encore mentalement là-bas. C’est un peu du one shot dès mon retour. Ce ne sera donc pas forcément le plus structuré, j’en suis désolé, mais l’essence est là.

 

De San José à Manuel Antonio

Arrivée à l’aéroport de San José après 12H de voyage. La queue d’une heure pour passer la douane est longue, mais ca passe. On sort alors de l’aéroport, et là, 2 choses: IL FAIT CHAUD. Ca fait du bien. Sérieusement, en plein mois de mars, se retrouver à 28 degrés, ca fait plaisir.

La deuxième chose est l’amas de taxis pas forcément officiels qui agressent dès la sortie de l’aéroport. Je commence à sentir l’atmosphère du pays.

Avec mes potes, on en prend un direction l’hostel. On arrive, on prend possession des lieux, on se pose 2 minutes. C’est vendredi 18h, on se regarde et là on se dit: OK, on se prend 2 jours off, on part au bord de mer demain matin première heure et on revient dimanche soir.

Ce n’était absolument pas prévu mais après 2 mois au YCombinator, je pense qu’on en avait tous besoin. Du coup on se l’est autorisé.

On checke un peu le web, nos connaissances, les gens de l’auberge de jeunesse et en moins d’une heure, la destination est choisie: ce sera Manuel Antonio. 4 heures de route en bus, apparement c’est assez exceptionnel à découvrir. Sur la côte pacifique, “pas la meilleure, l’eau y est moins chaude que du côté des caraïbes, mais c’est cool”, selon le manager de l’hostel.  

sejour-costa-rica
Le lendemain matin, on repart donc pour 4 heures de bus. On arrive un peu tard à la gare de San José, du coup on doit attendre non pas le prochain bus, mais celui d’après. 2 heures d’attente. Heureusement, il y a un marché assez cool juste à côté.

sejour-costa-rica-1 sejour-costa-rica-2 sejour-costa-rica-3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne sais pas s’il y est tous les jours ou si on a eu de la chance, mais ca vaut le coup de prendre le bus d’après. On a pu goûter pas mal de spécialités locales, et des fruits vraiment bons.

 

Mon premier bain dans le pacifique

Après finalement 5 heures de bus, on arrive à Manuel Antonio vers 17h le samedi. Le week-end est déjà bien entamé, et on a encore rien fait. Le temps de check-in à l’hostel Selina (magnifique, au passage).

selina-costa-rica

Le Selina hostel au Costa rica

Le Selina est une chaîne d’hostel en Amérique central et en Amérique du Sud. Ayant fait celui de San José et celui de Manuel Antonio (je ne connaissais pas avant), je ne peux que recommander. Une tuerie.

Dès le check-in fait, on pose les affaires et direction la plage à 15 minutes de marche. La nuit est bientôt là. Voici la route.

partir-costa-rica partir-costa-rica-4

 

 

 

 

 

 

 

20 minutes later, on arrive à la plage, et c’est de toute beauté.

partir-costa-rica-2

 

 

 

 

partir-costa-rica-3

 

 

 

 

 

 

 

Là, j’ai pu faire mon premier bain dans le pacifique.

L’eau est juste à température parfaite. Ni trop chaud, ni trop froid.

 

Le parc naturel de Manuel Antonio

 

costa-rica-quoi-faire-2

La chillance incarnée

Ce singe est à peu près la seule espèce que vous pourrez voir de près dans le parc sans vous offrir un guide. Mais ce n’est pas l’essentiel.

 

parc-manuel-antonio-2 parc-manuel-antonio

 

 

 

 

 

 

 

L’entrée du parc est payante et pas donnée, mais clairement, ca vaut le coup. Certains spots sont juste magnifiques.

 

 

costa-rica-quoi-faire

Petite photo Instagram pour faire enrager mes potes restés en France

Au final, on kiffe tellement dans le parc qu’on se dit qu’on ne veut pas se prendre la tête et qu’on prendra le bus retour le lendemain. Il y a un espace de coworking à l’hostel, on se fait la journée travail là-bas et en fin de journée, on fait la route. Parce que c’est aussi ça, la liberté du digital nomad. Et on en avait tous sérieusement besoin de ces quelques jours détente après 2 mois dans la Silicon Valley à ne plus vraiment profiter de la vie.

 

Il s’agit de mon expérience, dites-vous bien qu’en 48 heures, je suis très (très) loin d’avoir tout vu, donc il n’y a rien d’objectif dans cet article. C’est du retour d’expérience pur. Mais ce que j’ai vu m’a suffit. J’y retournerai dès que possible, c’est sûr!

NB: désolé si cet article faisait un peu carnet de voyage, c’est pas le but premier de ce blog mais naturellement, l’article a pris cette direction. On verra ce que ca donne, n’hésitez pas à me donner votre avis, ca m’intéresse grandement!